Articles

Ratio et Fidei 004

  Éditorial L e mois de novembre s’est ouvert par la solennité de tous les saints (La Toussaint), cette « foule immense […] vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main », qui nous montre un chemin vers le ciel. Nous ne savons pas encore ce que sera notre vie et notre éternité, mais en regardant cette foule immense de saints, nous sommes nourris de l’espérance que la vie triomphe de la mort. C’est la victoire de la vie sur la mort que nous célébrons. Les Béatitudes de Jésus qui éclairent le sens de la fête touchent le présent et l’avenir. Elles font découvrir que ce que nous vivons aujourd’hui oriente et conditionne l’avenir. Elles révèlent aux pauvres de cœur qu’ils participent déjà au royaume de Dieu. Et la condition fondamentale qui permet d’entrer en relation durable avec Dieu, c’est avoir un cœur de pauvre : un cœur désencombré et disponible pour laisser de la place à Dieu et à l’autre… Lire suite

Face au scandale de la douleur congolaise : l’urgence d’un christianisme sensible à la memoria passionis

  Face au scandale de la douleur congolaise : l’urgence d’un christianisme sensible à la memoria passionis Conférence tenue au Theologicum le 4 novembre 2021 Jean-Claude Mulekya Kinombe [1] , ofm   Résumé : La situation socio-économico-politique, la précarité, l’analphabétisme, le chômage, les frontières poreuses, les conditions de travail déshumanisant, l’absence élevé de l’intérêt général, et les diverses crises (sanitaires, sécuritaires, éducationnelles, etc.) en R.D. Congo prouvent clairement que la mémoire congolaise est douloureuse. Voilà pourquoi, cet article théologique interroge non seulement les sources historiques du pays et celles de la foi chrétienne pour comprendre la quintessence de la souffrance, mais aussi pose l’urgence d’un christianisme sensible à la memoria passionis militant pour un nouvel homme Congolais pour qui, l’appartenance au Christ n’implique pas la négation du monde, mais la responsabilité envers lui en qualité de ‘serviteur’ .   Mots clés :